Gîte et Jardin de La Source

le tour du lac bleu, Charavines, Paladru
collines boisées, combes et vallons... un écrin vert pour un lac bleu !

rand'auto

NO  1/2 à 1 journée  60km   500m  cartes 333    3233 E  3233 O

le tour du lac Paladru, Charavines
Au pied de la Chartreuse, le lac de Paladru s'allonge entre des collines boisées.
Les eaux du lac recouvrent un passé chargé d'histoire, de légendes et d'épopées.
Entrons pour une découverte rapide, dans le pays des Chevaliers Paysans de l'An Mil !
 

l'histoire du lac.
6 km de long, 1 km de large au maximum,
exceptionnel par la beauté de son environnement et ses eaux cristallines,
le 'lac bleu" a été modelé par le puissant glacier du Rhône à l’époque glaciaire.
Cinquième lac naturel de France, situé à 500 mètres d’altitude, dans un écrin de collines
boisées et agricoles il est alimenté essentiellement par les précipitations.
L'amplitude des variations de son niveau peut atteindre 2,50 m.
Température idéale des eaux à 25° en plein été.

Son exutoire est la rivière de la Fure, dont le nom évoque la violence du torrent primitif.
Un système de vannes permet de régler le débit d'eau à la sortie du lac en fonction
des besoins des usines établies sur le cours de la Fure.
Ces rives ont accueilli l’une des premières communautés humaines de l’Isère,
2700 ans avant J-C au "village néolithique des Baigneurs".
Plus tard, les "chevaliers paysans de l’an Mil"  sur le site de Colletière, à Charavines :
Au début du 11ème siècle, un groupe d’hommes, de femmes et d’enfants ont émigré,
se sont installés sur les bords du lac de Paladru et ont bâti des habitats fortifiés.
Suite à une remontée soudaine des eaux du lac, ils ont dû abandonner leur village
et se réfugier sur les collines du tour du lac, sur lesquelles ils ont bâtis des châteaux
de terre et de bois : les mottes castrales.
Au 12e siècle, le lac est zone frontière des principautés de Savoie et Dauphiné.
Le lac est aujourd’hui un haut lieu d’archéologie subaquatique avec les fouilles
des deux villages engloutis : le village des Baigneurs
, 2 700 av. J.C,
et l’habitat médiéval de Colletière, An Mil.
Plusieurs espaces sont classés zones naturelles protégées:
roselière de "Colletière" et des "Grands Roseaux" à l’extrémité nord.
Ils constituent le lieu privilégié de nidification des oiseaux (colverts, cygnes, foulques
ou grèbes huppés) et du frai des poissons (carpes, tanches…) et sont inaccessibles.

avant de démarrer  
voyez le diapo'son  le tour du lac bleu

Circuit  > cliquer sur les chiffres pour en savoir plus.
Le circuit quitte Voiron par la route de Bourg, puis à gauche vers La Murette.
La Murette, à l'entrée du village la petite maison sur la droite est l'ancienne gare du "tram".
1
à "la Ravignhouse" prendre à droite, la route suit la vallée industrieuse de la Fure.2
Bonpertuis, leader mondial des aciers de coutellerie, à voir la cheminée du four
.3
Dans un étranglement de la route, le Guillermet une papeterie encore active
se souvient de l'épopée de son fondateur Vincent de Montgolfier.
4
Charavines: 2669 av.J.-C. et des agriculteurs défrichaient la forêt aux alentours...
Aujourd'hui la station touristique baigne dans son passé lacustre.
5
La Maison de Pays près de la mairie est le "Musée du Lac".
Près du lac, l'Office du Tourisme attend vote visite, annoncez vous "Gite La Source".
En direction de Bilieu la toute nouvelle aire détente promenade du "Bois d'amour".

Vers > Clermont, la "grange de Louisias" est un bâtiment en pisé remarquable et classé .
Le circuit quitte Charavines en longeant le lac vers Le Pin.
Le lac est propriété privée d'une société civile des riverains depuis 1874
Sa gestion assure l’équilibre entre toutes les activités qui se pratiquent sur le lac.
La route s'éloigne du lac laissant à sa droite le "Pré d'Ars" chargé de légendes.
6
La route vers Le Pin longe les "étangs du moulin", crées par les Chartreux.
7
A Le Pin, remarquer l'église St Christophe. Elle abrite quatre très beaux tableaux.
La route vers Chassignieux, est aussi le GR65 de St Jacques de Compostelle.
8
La "Grange Dîmière" trace des Chartreux, monument historique
, devenue lieu culturel.9
A 1km plus loin l'ancien monastère de la "Sylve Bénite" est devenu propriété privée,
qui ne se visite pas et dont seul l'extérieur est visible.
10
Retour vers le rond-point du Pin par la route directe. Sur la droite par temps clair.. le Mont-Blanc !
La route va longer le lac après le port - plage du Pin
Paladru : a donné son nom au lac pour en avoir la plus grande part, à la pointe nord.

Monter au parking de l'église St Michel, pour une belle vue sur le lac,
ou par la route du château à la Chapelle des Trois Croix et la vue d'ensemble sur le lac
.

La route vers Montferrat, puis à droite > La Verronière, contourne la zone naturelle protégée.

A La Verronnière, prendre à gauche vers Bilieu, la route monte en balcon.
A Bilieu, voir la charmante église romane, perchée hors du centre.
La route du circuit redescend vers Charavines découvrant des points de vues sur le lac.
A Charavines, prendre à gauche la route vers Clermont qui frôle la grange de Louisias.
Au hameau de Clermont,sur la droite un chemin de terre vers la Tour de Clermont,
rescapée du château qui dominait et... régnait sur la région.
11
Chirens, à l'extrémité sud du val de l'Ainan est enserrée de collines
Le "Marais de Chirens" est un espace naturel protégé,
à grande diversité floristique.
Le "Prieuré de Chirens" est une église romane du 11ème, classée Monument Historique
.

Descente sur Voiron par la "cote du Verdin", immense panorama sur la vallée grenobloise
entre Chartreuse et Vercors, et belle vue à gauche sur la colline de ND de Vouise

à savoir   > cliquer sur retour au circuit  pour retour au circuit
1 • La Murette,car il y aurait eu une murette qui faisait le tour du village et servait de rempart
contre les attaques de.... rhinocéros qui ne pouvaient pas la franchir.
La fin du 19ème siècle voit la "folie des chemins de fer". Face à la diligence,
le tram c'est le progrès et la Murette à sa gare, sur la ligne qui conduit à Charavines. retour au circuit
2 •
la  Fure est alimenté par les eaux du lac de Paladru. Elle est devenue force motrice.
Elle coule dans une vallée étroite, les bâtiments sont souvent construits sur la rivière.
Ses eaux canalisées, artisans puis industriels ont développé leur production.
Dès le Moyen Age, la voie industrielle a été ouverte par  les moulins à farine, battoirs à chanvre, gauchoirs à draps, pressoirs... puis vinrent  de nombreux ateliers métallurgiques :
forges, taillanderie, aciéries, épéeries.
Au début du XIXème siècle les grosses usines, soieries, papeteries, métallurgie…
colonisèrent le fond du vallon. Toutes travaillaient avec des moteurs hydrauliques.
La vallée industrielle de la Fure fut une des plus importantes du Dauphiné.
retour au circuit
3 • Les aciéries de Bonpertuis sont installées sur les bords de la Fure depuis le 15ème.
Leader mondial en coutellerie professionnelle, elles proposent une large gamme d'aciers.
Le four à cémenter l'acier, crée en 1859, est classé monument historique.
Il s'agit du dernier four de ce type conservé aujourd'hui en France.retour au circuit
4 • "la veuve Montgolfier" de Vincent décédé prématurément , dirige la papeterie.
Rapport préfectoral août 1854:
« Cet établissement est mû par des moteurs hydrauliques et à feu continu. Il occupe environ 100 ouvriers et ouvrières
dont 7 enfants filles de 13 à 14 ans, 12 enfants filles de 14 à 16 ans. Ces enfants ne travaillent que 12 heures par jour divisées par 3 repos. Le travail se fait de 6 heure du matin à 6 heure du soir. Il n’arrive jamais de travailler la nuit,
ni les fêtes, ni les dimanches. Tous ces enfants ont reçu l’instruction primaire élémentaire. Le travail auquel ils sont occupés n’est pas au-dessus de leur force et ne compromet en rien leur santé... Il arrive parfois que la nécessité exige que ces enfants prolongent leur travail de 2 heures par jour pendant environ 2 à 4 jours par mois...
Les bonnes mœurs et la décence publique sont rigoureusement observées... ». 
retour au circuit
5 • Charavines présente un visage de plages, campings, et restaurants.
Le lac est un haut lieu d’archéologie subaquatique, en fouilles systématiques depuis 30 ans.
La Maison de Pays, Musée du lac, présente les nombreux vestiges retrouvés.
Les fouilles archéologiques ont révélé deux villages engloutis. les traces de ces épopées humaines sont restées ensevelies durant des siècles, avant d’être exhumées.
Plus de 10 000 objets, inestimables clés de l’histoire humaine. Les plus beaux objets retrouvés:outils, armes, jeux, instruments de musiques... sont présentés au musée,
et donnent un aperçu de la vie quotidienne de ces deux périodes importantes de notre histoire.
La roselière de Colletière est un lieu protégé de nidification d'oiseaux et frai des poissons.
La Grange de Louisias, classée Monument Historique, est un ensemble remarquable. Construite en 1805 c'est l’un des plus beaux exemples de l’architecture traditionnelle du Pays.
Pisé de terre crue, chaume, bois, elle est construite de matériaux naturels de la région.

Elle s’organise en plan rectangulaire fonctionnel. Les ouvertures sont protégées par une importante avancée de toiture. Le pisé doit avoir "un chapeau et des bottes".
L’ensemble est surmonté d’un toit imposant, entièrement couvert de chaume.
Les proportions parfaites s’inscrivent avec harmonie dans le paysage
Témoin de générations d'agriculteurs, elle est le coeur d’une fabrication de confitures fines.retour au circuit
6 • Quelques récits légendaires concernent plus particulièrement le hameau d'Ars,
établi depuis le Moyen Age sur la rive ouest du lac de Paladru, vers Le Pin.
L'un raconte l'histoire d'un pèlerin auquel les habitants peu charitables refusent l'hospitalité.
Dans la nuit, les éléments se déchaînent et provoquent l'engloutissement du village.
Un autre est la légende de la Dame Blanche: la belle comtesse d'Ars et son jeune amant vont plaider la cause du village auprès de l'empereur Barberousse. Celui ci accepte condition
que la comtesse épouse son neveu. Elle accepte contrainte. Au retour, les deux amants empruntent une barque pour traverser le lac. Elle n'atteindra jamais l'autre rive.retour au circuit
7 • Lors de leur implantation à la Sylve Bénite les Chartreux ont crée de nombreux étangs
pour la mise en culture et l’irrigation des terres, l’énergie des moulins et l’élevage piscicole.
On trouve sur les étangs du Moulin une diversité de milieux humides intéressante.
Le site est un refuge pour la faune et la flore des zones humides.
On peut y voir la Locustelle luscinioïde, espèce de passereau peu commune en France.retour au circuit
8 • Le GR65 c'est "La Via Gebennensis"  l'un des chemins du pèlerinage de St-Jacques-de-Compostelle, qui part de Genève, point d'aboutissement des chemins venant d'Allemagne
et de Suisse, et va jusqu'au Puy-en-Velay. Le GR65 va jusqu'à Pampelune.retour au circuit
9 • La grange Dîmière, ancienne dépendance de la Sylve Bénite. Elle avait été construite
par les moines chartreux pour stocker l'impôt , la dîme, constitué de grains de céréales.
Imposante, elle est signe de la puissance, et de l’aura de la fondation cartusienne.
Construite sur une pente, elle a deux niveaux : un niveau bas d’étables et la grange elle-même. Dans la façade de pierre s’ouvre un porche monumental à deux vantaux.
Ils sont récents mais on peut voir les vantaux d’origine à l’intérieur du bâtiment.
La charpente complexe présente un grand intérêt de techniques de construction
. retour au circuit
Restauré, le site est aujourd’hui un lieu d'expositions d’art actuel et spectacles vivants.
10 • La Chartreuse de Sylve Bénite a été fondée en 1116, par le moine Other venu
de la Grande Chartreuse. La Sylve Bénite faisait partie d’Oyeu et du mandement de Clermont.
La Chartreuse connaît alors une importante expansion. Pour constituer leur désert,
isolement édicté par la règle de Saint Bruno, les chartreux étendent leur territoire
grâce à des dons seigneuriaux, en écartant les habitants et réclamant de nouveaux impôts.
Elle survécu difficilement aux guerres de religions et pas du tout à la révolution!
A la révolution, les biens des chartreux seront dispersés et vendus comme biens nationaux.
Les bâtiments du monastère seront laissés à l’abandon et pillés.
Il ne subsiste qu’un élément du cloître, XVIIème, le logis abbatial et bâtiments annexes.retour au circuit
11 • Le passé de Chirens est intimement lié à la famille Clermont-Tonnerre.
Au Moyen-âge la famille de Clermont prend l’ascendant sur les familles nobles de la région. 
Les seigneurs de Clermont, absorbent progressivement les mandements voisins.
Promus barons, ducs, et pairs de France, ils deviennent Clermont-Tonnerre,
et constituent l’une des grandes familles de la noblesse française.
La Révolution regroupa Chirens et Clermont, jusque là communautés autonomes.
Le château était construit avec une triple enceinte et avait un donjon
a la particularité peu courante d'être pentagonal irrégulier.
Abandonné et démantelé vers 1626 par ordre royal inspiré par Richelieu, il appartient toujours aux Clermont-Tonnerre. Il n'en subsiste aujourd'hui que les ruines du donjon.
Le château de « Montclar » édifié par les Savoyards faisait face à Clermont qui lui appartenait
au Dauphiné. Chirens était une frontière entre les deux pouvoirs.
Montcler, aurait été relié à Clermont par un souterrain, avec des sorties dans certaines maisons.
Le Marais: Un sentier permet de découvrir tout au long de son parcours, les différents paysages, une mare pédagogique et des informations sur la vie des marais.
ficherando
Le Prieuré roman du XIe siècle entièrement restauré accueille aujourd'hui des concerts
de musique de chambre, des expositions de peinture, de poterie.
L’espace Roger Lorin présente des œuvres picturales et des sculptures de celui qui a été à l’origine de la redécouverte et de la sauvegarde du lieu, et créateur du Festival de Musique.retour au circuit

avant de démarrer  voyez le diapo'son  le tour du lac bleu
en 1 clic le gîte et les activités
le gîte en 1 clic ! activités, visiter, voir, faire... autour du gîte.
signalez les ajustements à apporter à cette fiche contact rand'auto  
dites nous ce que cette fiche vous a fait découvrir ! j'ai découvert  
pratique
pour les horaires de visites, consulter les sites ci-dessous.
en savoir plus sur..

La Murette  http://www.bavonne.com/index.html
la vallée de la Fure  http://bernard.schrambach.free.fr/fure.htm
les acieries de Bonpertuis  
http://couteau.free.fr/couteau/index.php?pagename=Bonpertuis.Accueil
Prieuré de Chirens
http://www.prieuredechirens.fr
Musée du lac http://www.museelacdepaladru.fr/musee.php
le passé lacustre http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/charavines/fr/fouille.htm
les chevaliers paysans http://www.culture.gouv.fr/culture/arcnat/charavines/fr/lac.htm
Château de Virieu http://www.chateau-de-virieu.com
Château de Pupetières http://pupetieres.jimdo.com/
La Société du Lac http://www.lacpaladru.com/Site09/
l'aviateur Pégoud http://fandavion.free.fr/pegoud.htm
châteaux de St Geoire en Valdaine http://www.saint-geoire-en-valdaine.com/fr/les-chateaux/
Château de Longpra http://www.longpra.com/
site de L'Office du Tourisme
Pays Voironnais Info

retour liste rand'auto



fermez !
2010sept